Jugement, miroir et bienveillance

Mis à jour : avr. 8

Exerçant depuis peu et avec passion le métier de thérapeute (terme dans lequel j’englobe les 3 professionnelles qui me composent, la psychologue, la sophrologue et la thérapeute énergéticienne), j’ai été surprise en parcourant les forums de patients (clients, utilisateurs… vous diriez comment vous d’ailleurs ?) à quel point était fréquente la question du jugement.


D'abord celle du jugement du thérapeute envers la personne qui vient le consulter.


Me revient d’ailleurs à l’esprit cet entretien avec une jeune femme qui me racontait une chose qu’elle avait faite après une soirée un peu arrosée et concluait en me disant « oh làlà vous allez me prendre pour une alcoolique ».


Alors sachez-le : un thérapeute ne doit en aucun cas vous juger, et encore moins vous faire part de son jugement sur vous ou vos actions.


Bien sûr nous sommes humains et ce que vous nous direz provoquera probablement une réaction en nous, une pensée, une réflexion. Bien sûr si vous nous avouez avoir enfreint une règle (par exemple avoir grillé une priorité), une petite voix dans notre tête nous dira « han ! c’est pas terrible ça ! ». Mais d’une part nous sommes formés à ne pas laisser paraitre cette réaction, et de plus nous nous engageons à ne pas porter de jugement, respectant ainsi notre déontologie (et moi des codes de déontologie j’en ai 3, c’est dire si je ne vais pas vous juger !).


Surtout, nous sommes là pour vous aider à comprendre pourquoi vous avez enfreint cette règle, quelles étaient vos motivations lorsque c’est arrivé, comment vous auriez pu l’éviter, si vous feriez différemment une autre fois, à quelles conditions, de quels outils il vous faudrait disposer pour faire autrement, ou pour ne pas vous remettre dans la situation qui a entraîné l’effraction, ou tout simplement à accepter d’avoir enfreint une règle car il n’y avait peut-être pas d’autre solution pour vous à ce moment-là, etc.


De la même façon je n’ai pas pensé que la jeune femme était une alcoolique, juste qu’elle avait passé une soirée un peu arrosée.


Un bon thérapeute vous écoutera en respectant qui vous êtes, ce que vous croyez, et ce que vous faîtes. Si vous ressentez le besoin de suivre une thérapie quelle qu’elle soit c’est que vous pensez avoir besoin d’aide pour dépasser un problème, pour atteindre un objectif, et nous, les thérapeutes, ne sommes pas là pour vous juger mais pour vous aider à atteindre cet objectif.


Ensuite il y a le jugement des autres, au sens large, les gens, ceux qui ne sont pas vous.

Oui, c’est malheureusement vrai, vous serez souvent jugés sur vos actes, vos paroles, votre apparence, parfois même sur vos vêtements !


Qu’est-ce qu’un jugement ?


Le jugement est une opinion négative que l'on exprime à l'égard d'une personne. Il devient alors un jugement de valeur, et non plus un jugement des faits.


Autant dire que l’autre, quand il vous juge, décide de qui vous êtes A SES YEUX, de l’attention qu’il acceptera de vous accorder, de votre valeur, parfois de votre place dans sa vie. Mais il s’agit là d’un jugement sans procès, sans jury, sans justice. Cette forme de jugement n’engage donc que celui qui le profère et ne tient en aucun cas lieu de vérité. Il est si facile de juger quand on ne se met pas à la place de l’autre, ou quand on ignore une partie des données de l’équation.


La plus belle illustration que l’on peut faire du jugement d’autrui est pour moi exprimée dans cette citation de Nietzche :


« Et ceux qui dansaient furent considérés comme fous par ceux qui ne pouvaient entendre la musique. »


Alors dansez, ne vous embarrassez pas du jugement d’autrui, ou bien montez le son pour qu’il entende la musique.


Et parfois l’autre c’est vous. Parfois l’autre vous regarde depuis la froideur sans complaisance d’un miroir et vous dit « qu’est-ce que t’es moche ». Et vous ne réagissez pas, parce que si c’est vous qui le dîtes, ça semble terriblement vrai.


Il m’arrive aussi, quand je fais tomber un verre par exemple (non ça ne m’arrive pas souvent), de m’exclamer « mais quelle conne ! ». Et là, immédiatement, une voix s’élève (la même ! avouez que c’est troublant !) : « mais non, mais enfin je ne te permets pas de me parler comme ça, je suis juste maladroite ça n’a rien à voir avec la connerie ». Et cet échange se termine chaque fois par un « ah oui c’est vrai ».


Imaginez qu’au moment où vous regardez dans le miroir quelqu’un derrière vous vous dise « mais qu’est-ce que t’es moche ». Comment le prendriez-vous ? c’est assez vexant non ?


Alors de la même façon que vous ne l’accepteriez pas d’un autre, ne l’acceptez pas de vous-même.

Chaque fois que vous vous surprenez à dire du mal de vous-même, corrigez-vous.


La bienveillance, puisque c’est finalement ce dont il s’agit ici, commence donc dans la salle de bains. Si vous ne pouvez pas être bienveillant avec la personne dans le miroir, accepter et parfois excuser ses défauts sans pour autant refuser de les voir, il vous sera difficile voire impossible d’être bienveillant avec autrui.


En sophrologie, nous demandons systématiquement à la personne d’accueillir ses ressentis sans jugement, de prendre ce temps pour elle avec bienveillance.

Parce qu’être bienveillant avec soi-même c’est le premier pas vers la guérison, ou le mieux-être, vers la compréhension de qui nous sommes et de ce que nous allons pouvoir faire de cette personne, avec cette personne aujourd’hui et jusqu’à la fin de notre vie.


La bienveillance c’est la base. C’est la vie.

148 vues0 commentaire